A la Une d'hier

samedi, 21 janvier 2012

Vu sur Google Earth : le Costa Concordia à Palerme

L'hypothèse est plausible. Lancé le 2 septembre 2005, le navire était le premier de la classe "concordia". Sa mise en service eut lieu en juillet 2006, et la vue de Google Eath est précisément datée du 9 juin 2007.

Lire la suite...

costa concordia

lundi, 14 juin 2010

Vancouver ! Vancouver ! This is it !

David Johnston, Coldwater Ridge, 17 mai 1980Dimanche 18 mai 1980, 8 heures 32. Le volcanologue David A. Johnston était en train de communiquer par radio ses dernières observations à son quartier général de Vancouver (Oregon). Soudain, un tremblement de terre de magnitude 5.1 provoqua un gigantesque glissement de terrain sur la face nord du mont Saint Helens, mettant brutalement au contact de l’air une poche de magma et de gaz sous très haute pression. En 40 secondes, une nuée ardente allant presque à la vitesse du son, pulvérisant et brûlant tout sur son passage, fondit sur Coldwater II, le poste d’observation du volcanologue imprudemment installé sur une crête à moins de 10 km. “Vancouver ! Vancouver ! This is it ! ” : ce furent les dernières paroles de Johnston. On ne retrouva jamais son corps.

 

Lire la suite...

david johnston, dixy lee ray, mont saint helens

jeudi, 27 août 2009

De Malte à Lockerbie : les faits officiellement établis

Nous n'aimons pas toutes ces théories du complot, très en vogue de nos jours, et que l'on trouve partout sur le web. Mais dans le cadre de cette série de billets consacrés à l'attentat contre le vol Pan Am 103, nous croyons bon de résumer les faits établis par la justice écossaise au procès de 2000-2001, et imputés au libyen Abdelbaset Al-Megrahi.

Lire la suite...

mercredi, 26 août 2009

Clipper Maid Of The Seas

Suite à la libération récente du libyen Abdelbaset Ali Al-Megrahi, reconnu coupable de l'explosion du vol Pan Am 103 au dessus de Lockerbie, le soir du 21 décembre 1988, j'ai relu toute ma documentation sur cet attentat... Aussi je reprends le projet d'écrire toute une série d'articles synthétisant l'orthodoxie sur cette affaire (je ne prétends pas enquêter et avoir des révélations).
On recommence, donc, par le récit des faits, sans préjuger qu'il y ait eu une explosion à bord...

Lire la suite...

samedi, 27 juin 2009

We Have A Gentleman Here That Needs Help

"On a ici un gentleman qui a besoin d'aide." C'est en ces termes qu'est désigné Michael Jackson à l'opérateur du 911. En effet, on imagine mal un proche lâchant tout de go dans le combiné : "allo, c'est Michael Jackson, il a un malaise."... Par fascination pour ce genre de détail, on propose dans ce billet d'écouter l'enregistrement audio et de lire sa retranscription.
Internet, c'est formidable.

Lire la suite...

samedi, 22 mars 2008

22 mars 1968





Nanterre était une nouvelle fac. Pas plus de 1000 étudiants. Il n'y avait ni bistrot ni cinoche dans les parages. A la Cité Universitaire, les garçons n'avaient pas le droit d'entrer dans le bâtiment des filles : mais le contraire était permis. Dans l'ascenseur des filles, il y avait tagué :
Jouissez sans entrave !

Nanterre avait été construite à côté d'un bidonville d'ouvriers et de rapatriés d'Algérie. Les étudiants mangeaient des brochettes avec les arabes ; quand une fille ou un môme se faisaient frapper par leurs darons ou leurs frères, ils allaient se cacher à la Cité Universitaire.

En fait, malgré - et même, à cause - de ce no-man's land urbain, les 1000 étudiants de Nanterre se connaissaient tous et les liens étaient renforcés. Dans pareil environnement, se fréquenter était une question de survie.

C'était la France de Tante Yvonne : pas de liberté sexuelle, pas de droit à la contraception, à l'avortement ; les femmes devaient demander à leur mari l'autorisation d'ouvrir un compte en banque. Alors à Nanterre et dans d'autres facs, notamment à Strasbourg, des brochures circulaient, contre la répression sexuelle. Il y avait des manifestes, des réunions publiques. Et bien sûr, on se révoltait contre le capitalisme et la guerre au Viet-Nam.

Le soir du 20 mars 1967, un garçon de Nanterre lance : Et si on occupait le bâtiment des filles ?... C'était non-prémédité. Et le lendemain, malgré une franchise datant du Moyen-Age et interdisant à la police d'entrer dans les universités, les forces de l'ordre évacuent l'internant des demoiselles. Une liste noire est dressée, avec 29 noms : il est question de les interdire de cours. Parmi les noms figure celui de Daniel Cohn-Bendit.

A la rentrée universitaire 1967, on apprend que Dany-le-rouge est transféré de Nanterre à la Sorbonne. 10 à 12 000 étudiants se mettent en grève. Cohn-Bendit est maintenu à Nanterre. Mais il est bientôt menacé d'expulsion hors du territoire national.

Le 22 mars 1968, en début de soirée, plus d'une centaine d'étudiants se rassemblent au pied de la tour administrative de la fac de Nanterre. Quelques jours plus tôt, 3 ou 4 étudiants avaient été embarqués par la police, après le saccage des bureaux d'American Express, derrière l'Opéra de Paris.

Une tour de 8 étages, symbole vaguement phallique du pouvoir. En haut, la salle du conseil de l'université, le saint des saints. On s'interroge : la tour ou un amphi ?... Les manifestants envahissent le rez-de-chaussée. On s'interroge encore : on reste là, ou on va plus haut ?... Cohn-Bendit met en garde contre les possibles poursuites judiciaires, si la salle du conseil est occupée. Mais il ajoute qu'il se ralliera à la majorité.

Or celle-ci veut aller jusqu'en haut. Au huitième !... Alors, au bas des escaliers, on force le barrage formé par les corps de l'assesseur du Doyen et du chef du personnel. Non sans avoir d'abord reculé après une première résistance.

Là haut, ils sont 150. Très vite, ceux qui veulent tout casser se barrent, puisque la majorité a décidé de ne pas foutre le bordel. En partant ils ont le temps de bomber les murs :
Les syndicats sont des bordels, l’Unef est une putain !
Professeurs vous êtes vieux… votre culture aussi !
Le savoir est en miettes, créons !
Restent alors les anarchistes et les trotskystes. Un appel est rédigé. Mai 68 est lancé.

dimanche, 26 août 2007

30 août 1997 : la journée de merde de Henri Paul, le dernier chauffeur de Lady Di


Dans la chaleur de l'événement, au soir du 31 août 1997, les télévisions ont présenté Henri Paul, le dernier chauffeur de Lady Diana, comme un alcoolique notoire : Monsieur Paul, avec cette unique photo tellement à l'opposé du glamour et du strass des portraits de la princesse, et qui ne manque pas de suggérer un homme habitué des comptoirs et professionnellement irresponsable.

Comme si la direction du Ritz avait collé comme chauffeur, au fils du patron et à la princesse de Galles, un pauvre bougre plein comme un théâtre...

Ce soir, nous allons réparer une injustice : celle qui a consisté à faire de Henri Paul un pauvre type à la vie dissolue.
Alors que c'est tout le contraire : les plus régulièrement alcoolisés et menant une vie moralement misérable étaient bel et bien Dodi Al-Fayed et Lady Diana, et non Henri Paul.

On va raconter brièvement cette dernière journée de Monsieur Paul, un homme ayant des responsabilités stressantes, faisant son métier où il était corvéable à merci.
Qui avait des passions dans la vie, le piano, Liszt et Schubert, l'écologie et piloter des avions ; mais qui a eu une journée de merde justifiant certains apéritifs dans la soirée.

Samedi 30 août 1997, dans la matinée - Partie de tennis habituelle avec un ami, Claude Garrec. Henri Paul décline l'invitation à boire la traditionnelle bière d'après-partie. Hé oui, Monsieur Paul est professionnel : en tant que chef de la sécurité du Ritz, ayant une vingtaine de personnes sous ses ordres, il sait qu'il ne peut pas se permettre d'accueillir avec une haleine chargée la princesse de Galles et Dodi Al-Fayed, le fils de son patron. Henri Paul est bien évidemment stressé par la responsabilité de la sécurité de ses deux clients, encore plus importants et capricieux que tous les autres. Son métier lui fait prendre du prozac et des anti-dépresseurs.

Aérodrôme du Bourget, 15 heures - Arrivée par vol privé de Lady Di et de Dodi Al-Fayed. Déja, c'est l'émeute et la meute des paparazzi (ils font leur métier, aussi...). Henri Paul n'est pas habitué à ce genre de choses. Rien à voir avec les tranquilles épouses des princes saoudiens, qu'il a l'habitude d'accompagner dans leur shopping de luxe (c'est lui qui se trimballe avec le cash)... Tandis que les happy fews partent en tête dans une limousine, Monsieur Paul suit dans la Land Rover avec les bagages. Les motos des paparazzi leur font une escorte bruyante et oppressante...

Hôtel Ritz, Place Vendôme, 16 heures - Le bordel. Au milieu de la cohue des paparazzi, il faut tout sécuriser : la sortie hors de la limousine de la princesse et de son boy-friend, et l'extraction des bagages.
L'attente pendant trois heures, que leurs altesses fassent les plans de la soirée : dans quel restaurant ultra-fin et ultra-branché manger, dans quel appartement doré passer une nuit la plus romantique possible,etc.
Pendant ce temps là, Monsieur Paul fait le planton, sans boire un seul verre.

Rue des Petits-Champs, Paris VIIIème, peu après 19 heures - On lui a dit qu'il pouvait partir, alors Henri Paul rentre chez lui.
Dans la quiétude retrouvée de son appartement au 5ème étage, Monsieur Paul se prend enfin un solide apéritif bien mérité : les trois-quarts d'une bouteille de vermouth. Il est persuadé que son service au Ritz est fini...
Mais Chez Benoît - un bistrot parisien à la mode à cette époque - la soirée de la princesse et de Dodi tourne au fiasco : le commis de service à la sécurité n'arrive pas à éloigner les journalistes. Alors tout ce petit monde retourne au Ritz. Et bien sûr l'on rappelle Monsieur Paul, parce que lui, au moins, il sait y faire...

Hôtel Ritz, 22 heures - Consciencieux (servile ?) Henri Paul a rappliqué dare-dare en un quart d'heure.
Au moment de prendre sa voiture, en bas de chez lui, Josy, la patronne d'un bar lesbien de la rue de Chabanais - La Champmesle - le voit :
J'ai 25 ans de métier, j'en ai vu des mecs bourrés... Alors je peux vous assurer que Monsieur Paul n'avait pas l'air d'être ivre ce soir-là...
Il a le temps de lui lancer :
A toute à l'heure les filles !... Je reviendrai pour une bière...

Et c'est de nouveau l'attente au Ritz, avec les gardes du corps, les chauffeurs, les larbins... Pendant ce temps-là, Dodi et Lady Di dînent et refont les plans de la soirée... Monsieur Paul se prend un ricard et fume des cigarillos.

Samedi 30 août, minuit - Dodi Al-Fayed se prend pour James Bond, il a un plan. La bague qu'il a offerte à Diana n'a pas le succès escompté, sa fierté virile en a pris un coup...
Alors Dodi Al-Fayed imagine le scénario suivant : deux voitures bidons vont quitter le Ritz par l'entrée, Place Vendôme, et les paparazzi les moins doués suivront ; mais la princesse s'enfuira grâce à une voiture qui sortira par l'arrière du palace, et les paparazi les plus chevronnés les prendront en chasse... Pour ça, Henri Paul est l'homme de la situation : 2 jours auparavant, sa licence de pilote d'avion s'est vue renouvelée (il a le droit de piloter même à visibilité réduite) ; et son patron, Mohammed Al-Fayed l'avait inscrit à une course de mercedes en 1991.

Henri Paul ne se voit pas disant au fils de son patron : désolé, je ne peux pas conduire, j'ai picolé... Et puis ce qu'il a dans le sang doit sûrement l'émoustiller. Wow, quel métier excitant... Il aurait eu le temps de dire à quelques journalistes, sur le trottoir :
Vous allez voir, il va falloir vous accrocher...


Tunnel sous le Pont de l'Alma, dimanche 31 août, 0 heure 25 - Avec 1,75 grammes d'alcool dans le sang plus des anti-dépresseurs ; pour faire plaisir au fils de son patron qui se prend pour James Bond, et parce qu'il se sent trop sûr de ses talents de pilote, Henri Paul accélère et va trois fois plus vite que la vitesse autorisée...

jeudi, 23 août 2007

Caroline Aigle (1974-2007)


Caroline Aigle, première femme pilote de chasse dans l'armée de l'air française, est décédée le 21 août dernier d'un cancer généralisé foudroyant. La maladie l'a emporté en un seul mois.

Une mort injuste : Caroline Aigle, sportive accomplie, n'avait même pas 33 ans. Elle laisse derrière elle deux très jeunes enfants.

Elle était née à Montauban le 12 septembre 1974. Fille de médecin militaire, elle a d'abord vécu avec ses parents sur le continent africain.

A 14 ans elle rentre en France et devient interne au Lycée militaire de Saint-Cyr. Curieusement, à cette époque, elle n'envisage pas de faire une carrière militaire.

Après le baccalauréat, elle fait maths sup' et maths spé' au Prytanée militaire de La Flèche. A l'issue de ces deux années de classes préparatoires, elle décroche son admission dans trois prestigieuses grandes écoles : l'ENSIETA (Ecole Nationale Supérieure d'Ingénieurs des Etudes et Techniques d'Armement), Normale Sup' (rue d'Ulm) et Polytechnique.

En 1994, elle choisit d'intégrer Polytechnique. Mais d'abord elle fait une année de service militaire chez les Chasseurs Alpins.

1997, après ses deux années d'études à Polytechnique, voit son intégration à l'Ecole de l'Air. Sportive éclectique, elle devient également, cette année-là, championne de France militaire de triathlon, et aussi championne du monde militaire dans la même discipline, et par équipe.

Le 28 mai 1999, elle obtient son brevet de pilote de chasse. A des journalistes venus l'interviewer, elle explique que son seul objectif était d'être pilote de chasse, et que le fait d'être la première femme en France était purement secondaire, voire sans importance. Elle a expliqué aussi que dans cette profession, où l'on est vétéran à l'âge de 35 ans, il n'y a plus de préjugé machiste depuis longtemps.

C'est donc un être humain d'excellence que la mort a emporté trop tôt.