Dernières nouvelles

lundi, 15 février 2010

By Jove !

le gros sharkey en rogneEvidemment, le lecteur belge - ou plutôt : tout lecteur connaissant le patrimoine architectural de Bruxelles et de ses environs - peut l’identifier sans peine. Mais pour les autres, le château qui a inspiré E.P. Jacobs dans S.O.S. Météores restait un mystère. Car à l’évidence, le château du Haut-Buc, reconstruit au XIXème siècle dans un style néo-classique, n’est pas le château de Troussalet, censé être une ancienne manufacture du XVIIIème siècle, dans le style Louis XV.

 La gare de Versailles-Rive-Gauche, l’entrée des Loges-en-Josas, avec l’Eglise ; la maison du professeur Labrousse, à Jouy-en-Josas ; les étangs de la Geneste ; Buc et son aqueduc, la rue qui longe le parc du château, et qui fait un coude devant son entrée ; la maison de la vieille : tout correspond… sauf le château en lui-même. Le perron flanqué de sphinx, et d’où descend vindicatif le gros Sharkey, bras droit d’Olrik, n’est pas celui du Haut-Buc.

On connait le souci de réalisme et les méthodes minutieuses du créateur de la série Blake et Mortimer : E.P. Jacobs se documentait abondamment, faisait des repérages sur lieux. On a retrouvé deux polaroïds, que reproduisent fidèlement deux cases de l’album (Le perron avec les sphynx, et le château en flammes). Mais on supposait à tort que le véritable château de Troussalet se trouvait quelque part en Ile-de-France. Et, évidemment, on pouvait bien le chercher partout dans cette région, ainsi que le confesse l’auteur de cet excellent site : www.sosmeteores.net (complet et bien documenté). Et nous-même, nous avons fatigué bien des heures à chercher sur la toile et sur Google Earth cette bâtisse dans les environs de Paris.

troussalet en flammes

le perron avec les sphinxsEt puis, une hypothèse de bon sens : et si Jacobs s’était inspiré d’un château de Bruxelles ou de ses environs ?… Il a suffit de quelques clics. C’est le château du parc du Wolvendael, situé à Uccle, commune de la banlieue de Bruxelles, qui est le sujet photographié par jacobs. Troussalet, c’est Wolvendael.

Le château abrite une école d’Art, et le perron a été récemment rénové. Des allées du parc portent les noms de Jacobs, de Hergé et de Henri Quittelier. Jacobs avait connu ce dernier dès 1919, et lui rendait souvent visite à son domicile d’Uccle (Jacobs avait épousé la première femme de Henri-Auguste Quittelier, le fils de Henri). D’où l’origine des polaroïds.

C’est également dans le parc du Wolvendael que se trouvait (jusqu’à une date récente) la célèbre statue de Tintin et de Milou, par Hergé.

E.P. Jacobs a ainsi transposé ce château brusselois du XVIIIème siècle dans un village du sud de Versailles, et pour le lecteur français ignorant tout de la biographie du maître, le mystère du château de Troussalet se trouve résolu…

On terminera ce bref article par une vue actuelle (et partielle) du château du Wolvendael, sans les rayons foudroyant les arbres inquiétants, autour de Troussalet en proie aux flammes.

château du
wolvendael


Commentaires

1. Le dimanche, 25 juillet 2010, 23:17 par Christian

Merci pour votre commentaire sur http://blake-jacobs-et-mortimer.ove... Le mérite vous revient bien pour cette information très intéressante. Elle restait non éclaircie jusqu'à votre découverte.

2. Le mardi, 16 novembre 2010, 22:52 par Pr Labrousse

Auteur du site http://www.sosmeteores.net j'apprécie tout particulièrement cette information. J'avais bien pensé à la possibilité que Jacobs se soit inspiré d'un château belge, mais je m'étais arrêté là. Bravo pour votre perspicacité !