Dernières nouvelles

mercredi, 18 août 2010

OO-CBI : De Blake et Mortimer à Patrice Lumumba

grande_pyramide_13.jpgDans Le mystère de la grande pyramide, tome 1, le capitaine Francis Blake prend un vol de la SABENA au départ de Bruxelles, afin de ralier Le Caire, où l’attend le professeur Mortimer. Chacun connaît l’histoire : à l’escale d’Athènes, un sbire du colonel Olrik croit abattre Blake, lequel profite de l’occasion pour disparaître dans l’ombre. Et chacun connaît aussi le réalisme de l’auteur de ces aventures, Edgar P. Jacobs : l’avion de la Sabena, dans l’histoire, est censé être un DC-4 immatriculé OO-CBI. Naturellement, cet appareil a bien existé, mais une rapide recherche sur le web nous apprend que cet avion a aussi été le théâtre d’une page très sombre de l’histoire de la toute jeune république du Congo, plus de quinze ans après les aventures imaginaires de Blake et Mortimer.

DC-4 1009

Pendant la seconde guerre mondiale, la Douglas Aircraft Company avait fourni aux armées alliées plus d’un millier de “skymasters”, la version militaire du DC-4 : C-54 pour les américains, et R5D pour les britanniques. Après la capitulation du Japon, la firme commence la production de la version purement civile et commerciale du DC-4 : le “1009”. En tout, 79 DC-4 1009 sortirent des usines dans les années 1945 et 1946. Equipée de moteurs Pratt & Whitney R-2000, cette version devait être pressurisée, mais elle ne le fut pas, à cause de l’impératif, engendré par la concurrence, de réduction des délais de livraison aux compagnies aériennes en pleine renaissance.

A la Libération, la Sabena peut rouvrir ses lignes intra-européennes, et rétablir la liaison avec l’Amérique du Nord. A cet effet, la compagnie belge modernise et étoffe son parc d’appareil : elle fait l’acquisition de DC-4 et de de DC-6, le “nec plus ultra” dans l’immédiat après-guerre. Au total, la Sabena opère avec une douzaine de DC-4, dont celui qui est immatriculé OO-CBI, livré en 1947. Autre innovation : la généralisation des hôtesses de l’air. La première est Jeanne Bruyland, qui trouve la mort le 18 septembre 1946, lors du crash du DC-4 OO-CBG près de Gander en Terre-Neuve.

grande_pyramide_11.jpg

Vol Sabena sn525

Horaires Sabena, juillet 1950Trouvés au hasard de recherches sur internet, les horaires en vigueur au premier juillet 1950 coïncident exactement avec le timing du récit de E.P. Jacobs. On apprend ainsi l’existence d’un vol régulier “sn525” BRUXELLES-ATHENES-LE CAIRE-STANLEYVILLE, tous les lundis, sur un DC-4, et repas à bord servi par une hôtesse.

  • 8h45 (heure locale): départ de l’aérodrome de Melsbroek. La case de Jacobs nous montre en arrière plan l’ancien aérogare.
  • 17h15 (heure locale) : arrivée à Athènes, aérodrome de Hellinikon.
  • 17h15-18h00 : trois quart d’heures d’arrêt, exactement ce qui est annoncé par l’hôtesse dans une case du bas de la planche 41 !… C’est au cours de cette escale que le capitaine Blake est victime d’une tentative d’assassinat.

A Stanleyville

L’assassinat de Patrice Lumumba

Avec l’indépendance du Congo belge, le DC-4 OO-CBI fait l’objet d’un contrat de location-vente avec la toute nouvelle compagnie Air Congo. L’avion abandonne alors sa livrée de la Sabena, et bientôt il change d’immatriculation : 9O-CBI (1961) et 9Q-CBI (1962).

Le 17 janvier 1961, l’ancien DC-4 de la Sabena est utilisé pour convoyer vers le lieu de leur exécution Patrice Lumumba, premier ministre du Congo jusqu’au 5 septembre 1960, Joseph Okito, ex-vice-président du Sénat, et Maurice Mpolo, ancien ministre de la Jeunesse et des Sports. Déja molestés et torturés au cours d’un précédent transport par avion, les 3 hommes montent dans le DC-4 à Muanda vers 9 heures 30 du matin. Le trajet jusqu’à Elisabethville (Katanga, actuellemment Lubumbashi) doit faire 1800 kilomètres et durer 7 heures. 7 heures pendant lesquelles Lumumba, Mpolo et Okito seront de nouveau torturés et humiliés, pendant que l’équipage belge se sera enfermé dans la cabine de pilotage. A l’arrivée à Elisabethville, un peu avant 17 heures, ce sont des loques qui sont littéralement bousculées et jetées dans une jeep, emmenées dans un hangar pour de nouveaux sévices.

Sous la livrée d'air Congo


Air Congo est rebaptisé Air Zaïre en 1971, et l’ancien DC-4 de la Sabena fait partie de sa flotte jusqu’en 1976. Après, l’avion est immatriculé 9Q-CMC et son opérateur est African Air Charter. Remisé en octobre 1985 sur l’aéroport de Kinshasa, l’avion est détruit en août 1989.


Commentaires

1. Le mercredi, 27 juillet 2011, 20:11 par Rob1

Juste pour la pinaille, "R5D" était le nom donné à l'avion par l'US Navy (le nom C-54 étant seulement utilisé par l'US Army Air Force), pas par les Britanniques. Pour ces derniers, l'avion était le Skymaster Mk.1

;)

2. Le vendredi, 6 janvier 2012, 14:34 par ALAINS27

Rectificatif :

Après Air Zaïre le DC4 qui a volé pour African Air Charter - est resté immatriculé CBI
jusqu'a sa fin de carrière.
L'avion ( sur lequel je volais ) est resté au sol en 76, faute d'entretien