Dernières nouvelles

mercredi, 14 décembre 2011

La fin des couscoussières

La Z5425 en gare d'OrléansLes Z5300 : c’était leur désignation “technique”, inconnue de la plupart de leurs usagers. Elles faisaient la navette entre Orléans et Fleury-les-Aubrais, entre Tours et Saint-Pierre-des-Corps. Surnommées les “petit gris” - et surtout, par les franciliens, les “couscoussières” - à cause de leur caisse en inox, on y avait trop chaud l’hiver, les toilettes y étaient souvent condamnées, et l’ouverture de leurs portes nécessitait une collaboration musclée avec un parfait inconnu. Avec la mise en place du cadencement à la S.N.C.F., nous ne les reverrons plus. Hommage.

Quand furent-elles construites ?

En 1963, La S.N.C.F. avait besoin de nouveaux éléments automoteurs en inox, afin de rajeunir un matériel de banlieue vieillissant. Elle passa donc une première commande. Une première sous-série fut produite de 1965 à 1968.

  • 58 rames complètes : Z5301 à Z5358 ;
  • 3 motrices de réserve : Z5359, 60 et 61;
  • 1 remorque pilote : Z15359.

Face à l’augmentation du trafic en banlieue parisienne, une seconde commande fut passée en 1969. 84 rames virent alors le jour de 1972 à 1975. Numérotées de Z5362 à Z5445.

Initialement, les rames se composaient de 4 “caisses” : une motrice et trois wagons ; elles étaient destinées au trafic de la banlieue sud de Paris (au départ des gares d’Austerlitz, de Montparnasse et de Lyon), et avaient de larges banquettes en sky.

1979 : la ligne C du R.E.R. est créée, et l’on y affecte, rénovées, les Z5300, avec cette fois des banquettes individuelles, mais toujours en sky. Puis sur d’autres lignes de banlieue et de Grande Couronne, et sur d’autres lignes du R.E.R., non sans subir d’autres liftings intérieurs et extérieurs.

Le 27 juin 1988, deux rames Z5300 furent impliquées dans l’accident de la gare de Paris-Lyon.

Au début de l’année 2008, les Z5300 disparaissent de la ligne Paris-Chartres-Le Mans. A la même époque, 70 rames sont encore en service, affectées pour des missions sur la ligne D du R.E.R., mais surtout sur les lignes Paris-Rambouillet, Paris-Montereau et Paris-Montargis.

Mais les “couscoussières” font encore la navette en région Centre…

T.E.R. Centre

Les Z5300, en région Centre, provenaient de la seconde sous-série. Jusqu’à la fin, on y voyait encore, au-dessus des portes à vantaux si incommodes à ouvrir, de larges autocollants figurant les stations de la ligne C francilienne. Sauf que la couscoussière cahotante n’avait pas pour terminus Versailles-rive-gauche ou Versailles-chantier, mais Orléans-rive-droite, Orléans-gare-en-chantier.

L’auteur des présentes ligne se rappelle avoir voyagé à leur bord, au début des années 90, partant de Tours à 18h24, à destination d’Orléans, s’arrêtant à toutes les gares, et avec une porte ouverte à travers laquelle s’engouffrait la nuit d’hiver…

Puis, dix ans plus tard, elles furent supplantées par les toutes nouvelles rames Z21500, Z TER : il n’était plus question qu’elles fassent de si longs trajets entre les deux villes liguriennes !

A la fin de leur vie, elles attendaient le voyageur, fatigué par sa journée de travail, prenant sa correspondance en gare des Aubrais. De la cabine du conducteur, on entendait parfois ces bruits, que décode pour nous le rédacteur de ce blog :

Le conducteur a trois petites minutes pour s’installer, alors que son confrère arrivant libère la cabine à l’autre extrémité. Je le vois entrer à toute allure, puis l’entends déverrouiller la boite à leviers (bip bip bip bip), faire les essais de freins (tchuuuuuuuu) et de VACMA : relâchement plus de 3 secondes, tûûûût, freinage d’urgence (tchuuuuuuuuu) et disjonction, réarmement, maintien pendant plus de 58 secondes, dring, freinage d’urgence (tchuuuuuuuuu) et disjonction, réarmement… Tout cela demande une certaine dextérité et une excellente coordination…

Inauguration à Evry, 6 décembre 1975

Combien y en avait-il ?

D’après Wikipedia, dans les derniers mois, on pouvait en compter 6.

  • Z5378, mise en service le 9 octobre 1972 ;
  • Z5383, mise en service le 8 janvier 1973 ;
  • Z5395, mise en service le 28 mai 1973 ;
  • Z5397, mise en service le 18 juin 1973 ;
  • Z5423, mise en service le 10 juin 1974 ;
  • Z5425, mise en service le 22 juillet 1974.

Que vont-elles devenir ?

Elles seront dépecées dans leur port d’attache, le dépôt de Tours-Saint-Pierre.


Commentaires

1. Le jeudi, 15 décembre 2011, 19:25 par Smokey Taboo

Contente de savoir qu'enfin je voyagerai dans un train plus confortable !
Est-ce que les trains avec les petites cabines font partie de ces séries ?