Dernières nouvelles

dimanche, 5 février 2012

Si Nos Caténaires Fonctionnent

zr21517_accident_orleans.JPGJeudi 2 février 2012, un peu avant 7 heures du matin. Froid, nuit noire et gerbes d’étincelles : le pantographe du train T.E.R. n° 16803, reliant Orléans à Tours, retombe sur le toit de la rame Z21517. Simultanément, un pylône supportant les caténaires s’effondre, dans le virage de la S.O.D.C, à l’entrée d’Orléans.

L’alimentation électrique est coupée sur plusieurs lignes, et la circulation est interrompue. Le trafic sera suspendu pendant plusieurs heures, avant de redevenir à peu près normal le lendemain soir.

Il y a tout un enchaînement de circonstances, une accumulation de facteurs, et que l’on aimerait bien saisir.

Il a fait donc froid toute la nuit. Ce qui peut avoir une incidence sur l’alimentation en courant, si une couche de givre s’est déposée sur les caténaires. Alors le contact avec le pantographe ne se fait pas bien, et il se produit des arcs électriques.

Mais il existe un certain type de caténaire que l’on peut au préalable mettre hors-circuit ; et ceci, par effet Joule, permet de la dégivrer. Néanmoins, l’auteur de ce billet ne connaît pas les caractéristiques exactes des caténaires sur la ligne Orléans-Tours. Il est donc possible qu’ils soient d’un type “plus classique”, nécessitant une autre technique pour parer au problème de givre.

Cette technique est la suivante : puisque la rame ZTER dispose de deux pantographes, les deux sont levés, et le premier, dans le sens de la marche, a pour fonction de racler le givre, permettant au second de bien capter le courant.

N’ayant pas été passager du train accidenté, nous ne saurions affirmer en toute certitude que tel fut bien le cas aux départs d’Orléans, puis de Fleury.

la Z5133 en maintenance au dépôt de Saint-Pierre-des-CorpsIl faut préciser également que le train n°16803 n’a pas emprunté, ce matin là, son itinéraire normal : il semble que le froid a empêché la rame d’être immédiatement aiguillée sur Blois et Tours, à la sortie de la gare d’Orléans. Un aiguillage n’aurait pas fonctionné… Ou alors un feu de signalisation ?… Toujours est-il que le train est d’abord parti pour Fleury, avec quelques minutes de retard ; puis il est reparti de la gare des Aubrais en direction de Blois et de Tours, en inversant l’ordre de la marche, le conducteur ayant certainement changé de cabine de pilotage.

Ensuite, que s’est-il passé au juste ? Miné par la rouille, fatigué par les ans et par le froid, le pylône est-il tombé tout seul, juste au passage du train ? Le ou les pantographes des ZTER y sont-ils pour quelque chose ?

Le 16803 en gare de Blois à l'heure prévue !


Commentaires

1. Le dimanche, 5 février 2012, 13:30 par manonv9

Ahhhhhhh la ligne TER Orléans/Tours, une des lignes les moins performantes, avec le pourcentage le plus élevé de retards du réseau ferroviaire de France!!