Dernières nouvelles

dimanche, 8 décembre 2013

Ceci n'est pas (une suite à) La Marque Jaune

Avec la multiplication des Septimus, les auteurs assurent avoir voulu faire un clin d’oeil à Magritte. Mais il aurait fallu en faire un principe, et légender la couverture du tome 22 des aventures de Blake et Mortimer, L’Onde Septimus, de l’avertissement suivant : ceci n’est pas la suite de La Marque Jaune… Ce qui aurait eu le mérite de ne pas susciter trop d’attentes. Ainsi que l’onde - guère méga - de déception et d’aigreur, qui circule sur la toile.

Très bien dessiné par Aubin, le nouveau Blake et Mortimer est déservi par un mauvais scénario. La couverture (pourtant superbe) est trompeuse : la marque jaune n’est pas de retour, Olrik se traine comme un boulet, Mortimer boit du champagne et tripote quelques boutons, Churchill a lu Virginia Woolf, et l’inspecteur Kendall est en vacances.

onde_septimus_magritte.jpg

Les méchants aiment les reliques

Au début, on est content. Alors que la monarchie britannique parade à Whitehall sous le soleil, un complot se trame dans l’obscurité d’un entrepôt de Southwark. Un rénégat du Yard, une blonde capiteuse, un docteur Mabuse et un capitaliste alcoolique veulent continuer l’oeuvre de Septimus, leur maître. Le champagne coule à flot, et il y a même un carton à chapeau qui fait penser à celui qui contenait la couronne d’Etat britannique, dans la Marque Jaune. On se dit : génial, la marque jaune a encore frappé ! Et tout de suite la déception : le carton ne contient qu’une relique du médecin fou de Tavistock Square. Son disque paralysateur. Et pourquoi pas sa robe de chambre ?…

Olrik au Lotus Bleu

Pendant ce temps, Olrik est séquestré par une certaine Miss Lilly Sing, dans ce qui semble être le Lotus Bleu du coin. C’est d’autant plus facile, que l’ancien Guinea Pig de Septimus est devenu addict à la morphine. Miss Sing, qui fume cigarettes sur cigarettes, déclare : j’aime les monstres. Kim, un ancien bras droit d’Olrik, débarque d’un avion pour lui faire une séance d’hypnose. Puis la chinoise refile le Colonel à la bande des quatre, et disparaît de l’histoire…

Nasir est un couard

Mortimer a installé un laboratoire secret très loin de son domicile ordinaire de Park Lane. Très loin de Francis et de Mrs Benson. Alors qu’il joue à l’apprenti sorcier, un ectoplasme de Septimus s’échappe du télécéphaloscope reconstitué. Nasir, le fidèle et loyal serviteur, toujours prêt à voler à la rescousse, à faire le coup de poing, s’effondre, prostré, devant ce qu’il croit être un revenant du Monde des Morts… Et il ne trouve rien de mieux que de changer les serrures du pavillon, histoire d’en condamner l’accès…

Le coup du champagne qui tue

Mortimer s’est jeté tête baissé dans un traquenard. Il est prisonnier dans l’entrepôt de Southwark, avec la bande des quatre, et Olrik qui a retrouvé son fauteuil de Guinea Pig, au milieu d’une autre installation de télécéphaloscope reconstitué. Une armée de Septimus envahit le repaire. L’un des nouveaux méchants ne trouve pas mieux que de vider tout un magnum de champagne, avant de finir en flaque puante. Un autre, le rénégat du Yard succombe en vidant son flingue sur les ectoplasmes. Les survivants s’enfuient par les égouts. Mortimer traîne Olrik, et les deux derniers méchants en profitent pour disparaître définitivement de l’histoire.

Blake veut tout faire sauter

Blake a rendez-vous au 10 Downing Street : conseil de guerre avec le Premier Ministre, vous allez voir ce que vous allez voir, on va décider des choses, ça va barder, tout ça… Churchill lui révèle deux choses : 1/ il a lu Mrs Dalloway de Virginia Woolf ; 2/ il y a un vaisseau extra-terrestre dans le sous-sol de la capitale. Furibard, Blake décide de le faire sauter (le vaisseau, pas Sir Winston). On le comprend : il vient juste de sauver la planète des griffes de l’empereur jaune Basam-Damdu, et on le met pas au parfum… Après ça, on comprendrait que Blake ait envie de passer à l’Est.

Olrik saigne du nez

Allant un peu mieux (ça fait plaisir de le revoir menacer Mortimer avec un flingue), le colonel décide de se sacrifier pour sauver Londres… C’est dingue, mais ça se comprend : Septimus l’a rendu fou avec son onde, etc. Résultat de tant d’altruisme chez un méga-méchant : hémorragie nasale.